vendredi 27 juillet 2018

MY ABSOLUTE DARLING de Gabriel TALLENT

Déroutant, fascinant, angoissant, ce roman est un véritable coup de poing ! Il est impossible de le quitter avant le dénouement.
Le jeune auteur américain, dont c'est ici le ler roman, nous raconte l'histoire de Julia, alias turtle, croquette,  dépossédée de son prénom, qui est âgée de 14 ans. Orpheline de mère, disparue assez mystérieusement, elle vit avec son père, Martin, véritable bourreau, tortionnaire pervers, manipulateur qui a fait de turtle "sa chose", dans une masure à Mendolino au nord de la Californie. Là,  les pumas menacent les fillettes, les veuves noires nichent dans la douche, et les vautours éviscèrent  un vieux chien. Un lieu de rêve ! Entre le père et la fille, se déroulent des rapports d'une violence extrême, pourtant turtle résiste, accepte, car elle s'est forgée un caractère exceptionnel afin de faire face à sa vie Elle circule avec un fusil ainsi qu'un pistolet  pour seuls compagnons, qu'elle manipule avec la plus grande dextérité, dans ses balades en forêt  où sur les plages alentours. Ils représentent sa survie. Cependant on découvre au fil des pages, une jeune fille tendre, rêveuse, écartelée entre haine et amour, elle demeure repliée sur elle-même, afin d'échapper aux questions posées sur sa vie quotidienne. Mais pourtant, un jour, elle décide d'échapper à son monstrueux père. Et alors........
Avec des descriptions grandioses des paysages,  l'étude poussée des caractères des différents personnages, l'auteur nous captive du début à la fin de ce livre absolument prodigieux.
A lire absolument.


En juin 2016, Dorimène vous recommandait " Il reste la poussière" de Sandrine COLLETTE, roman très dur mais celui ci-dessus proposé l'est encore bien plus. 

jeudi 5 juillet 2018

Le labyrinthe des esprits de Carlos Ruiz ZAFON

Il est impossible  d'ignorer cet auteur ! Aussi, si tel est le cas, précipitez vous chez le libraire le plus proche. Vous ne le regretterez pas.
Ce dernier roman clos le cycle "du cimetière des livres oubliés". A chaque précédent tome, Dorimène vous avait chaleureusement recommandé sa lecture et vous incite à continuer votre découverte. Toutefois, chaque volume possède son histoire et peut donc être, éventuellement, lu seul. Mais dommage.
La famille Sempere se trouve à nouveau au coeur de cet ouvrage, et Daniel apprendra la vérité sur la mort de sa mère Isabella. 
Dans la Barcelone franquiste, nous faisons connaissance avec Alicia Gris, sauvée d'un bombardement par Fermin lorsqu'elle était enfant. Depuis,  handicapée de la hanche et entrée aux services secrets de la police politique, elle est devenue un agent redoutable de ce régime nauséabond. La disparition d'un ministre ainsi que son chauffeur, la fait entrer en scène où elle enquête sans relâche avec détermination et violence.  Sa route retrouve ainsi celle de Fermin et la famille Sempere, l'action se déroulant entre Madrid et Barcelone. L'ambiance glauque, envoûtante de la ténébreuse Barcelone, dominée par la sinistre colline de Montjuil, le cimetière des livres oubliés dans le quartier gothique sont à nouveau décrits par ce grand conteur,  qui nous tient prisonnier dans un tourbillon enchaînant le diabolique, l'intrigue politique et policière. Les ombres oubliées, chères à l'auteur,  se mettent en mouvements avec les mannequins suspendus qui se balancent.
Les mensonges enfouis surgissent, dans un univers où les personnages nombreux sont puissants.
Une réussite.



A lire ou relire dans le cycle du cimetière des livres oubliés :
- L'ombre du vent
- Le jeu de l'ange
- Le prisonnier du ciel

Puis :
- Le prince de la brume
- Le palais de minuit
- Les lumières de septembre
- Marina

dimanche 10 juin 2018

La disparition de Stéphanie Mailer de Joël DICKER

En 1994, un effroyable fait divers bouleverse la station balnéaire des Hamptons, ville paisible de l'état de New York.  Le maire et toute sa famille ont été  sauvagement assassinés à leur domicile, ainsi qu'une  femme témoin malheureux,  qui  faisait son jogging devant chez eux.
Deux jeunes policiers de la police d'état, Jesse Rosenberg et Derek Scott mènent l'enquête avec fougue et tenacité, ils confondent le coupable Ted Tennenbaum avec d'irréfutables preuves accablantes A l'issue, félicitations ainsi que décorations leurs sont adressées par leurs supérieurs.
Cependant, 20 ans après le drame, soit l'été 2014, Stéphanie Mailer, jeune journaliste ambitieuse, informe les policiers qu'ils se sont trompés de coupable ! De suite après cette information, la jeune femme disparaît.
Qu'a-t-elle découvert ? Où se trouve t-elle ? Que s'est-il donc passé réellement le 30 juillet 1994 ?
Une nouvelle fois, ce sympathique auteur nous entraîne dans une intrigue ficelée avec brio ! Les nombreux personnages cachent bien leurs jeux et nous emportent sans cesse dans des écheveaux contradictoires durant ces 2 périodes. Nous devons être très attentifs afin  de ne pas perdre le fil....
L'auteur renouvelle ici sa performance,  roman palpitant qui nous tient en haleine jusqu'aux dernières pages.




A lire ou relire, les précédents conseils de Dorimène :

- La vérité sur l'affaire Harry Québert
- Le livre des Baltimore

lundi 28 mai 2018

La femme qui ne vieillissait pas de Grégoire DELACOURT

L'auteur nous raconte ici,  un merveilleux conte de fées, tentant de nous prouver que le vieillissement apporte aussi une part de bonheur...
Betty nous raconte elle-même son existence  depuis sa naissance. Son père qui revint amputé de la guerre d'Algérie, sa mère quelque peu volage, très belle, qui le restera puisqu'elle mourut à 35 ans, renversée par une voiture, son mariage avec  André dont elle est amoureuse, la naissance de leur fils. Une analyse du déroulement de sa vie dans les années 50.
Pendant 20 ans, Betty vieillira intérieurement, mais son visage restera sans rides, sa peau sera tendue, son physique demeurera celui d'une jeune fille sans kilos superflus. Après les 1ères joies causées par un tel phénomène, viendront les interrogations, les doutes, les craintes, l'angoisse. Bientôt cette fierté se transformera en malédiction. Peut-on continuer à vivre sereinement avec l'homme aimé alors qu'il parait être votre père, votre fils qui semble être votre frère ? Tout cela sous le regard des autres, des collègues? 
Avec sa belle écriture, ses mots précis, poétiques, son humour, l'auteur nous incite aux réflexions philosophiques sur le déroulement du vieillissement, nous recommandant d' accepter le temps qui passe face à notre société actuelle où le paraître est présent dans tous les domaines. 
Promis nous ne lirons plus les revues nous informant des dernières découvertes esthétiques qui nous garantissent qu'avec un combat sans relâche, nous vaincrons les relâchements et ne regarderons plus les stars liftées  avec envie (même très peu !)!
Cette lecture, un grand moment d'espoir. Après la chèvre de Monsieur Seguin, un clin d'oeil à Dorian Gray d' OscarWilder; Superbe.

A lire où relire tous les écrits présents dans les lectures de Dorimène :
- L'écrivain de la famille
- La liste de mes envies
- La première chose qu'on regarde
- On ne voyait que la bonheur
- Les 4 saisons de l'été
- Danser au bord de m'abîme


vendredi 18 mai 2018

Merci Mary Patty de Lola LAFON

Il y a quelques années de cela, lors d'un voyage aux Etats Unis, j'eus l'opportunité de visiter le domaine Hearst.
Parler à son sujet de riche propriété serait un  euphémisme, car le gigantisme est présent partout ! Le parc de 56 hectares, entoure le château extravagant qui recèle de nombreux objets d'art de tous les pays. Il comporte 2 piscines l'une à l'intérieur l'autre à l'extérieur, un théâtre, un cirque etc...Construit sur la montagne enchanté, il domine la mer.
Il appartenait à un magnat de la presse William Hearst.
Peut être vous souvenez vous de l'enlèvement de sa petite fille, Patricia, par un groupe révolutionnaire, qui réclamait une rançon exorbitante pour sa libération. Mais celle-ci fit le choix d'épouser la cause de ses ravisseurs.
Aussi à la parution de cet ouvrage, j'eus grande envie d'en savoir plus sur cette affaire. Pourquoi un tel choix de Patricia qui vivait une vie de riche héritière, hors des sentiers battus ?
Hélas, je fus déçue par cette lecture, car la construction du texte, me parut cafouilleux et sans découverte. Si, toutefois, j' appris que la mère de Patricia s' habilla en noir dès qu'elle prit connaissance de l'enlèvement de sa fille. Jusqu'où va se nicher l'amour maternel !
Dorimène serait ravie de connaître votre point de vue sur cet ouvrage et d'en bavarder avec vous.

dimanche 6 mai 2018

PACTUM SALIS de Olivier BOURDEAUT

Après l'énorme succès de " En attendant Bojangles", nous attendions avec impatience, le second roman. Et bien celui-ci est également une réussite !
L'histoire se déroule dans les marais salants, dans le cadre merveilleux de la presqu'île de Guérande. Notre curiosité est aiguisée pour la plupart d'entre nous, par la découverte d'un vocabulaire en partie ignoré. L'auteur le maîtrisant à la perfection puisqu'il a pratiqué ce métier ultérieurement. Les descriptions de cet univers sont somptueuses et remplies de poésie.
Jean a quitté Paris pour se reconvertir dans le métier de paludier. Dans ce métier pénible où il gagne difficilement sa vie, il a trouvé un épanouissement. Car c'est un homme sauvage, au caractère insociable  mais qui vit heureux dans sa solitude.
Michel est agent immobilier, flambeur,  ambitieux, il roule en Porsche,  porte des chaussures assorties à ses polos et  rêve de Paris car prêt à tout afin de réussir.
Un matin d'août, alors que le moment est crucial pour la récolte de l'or blanc, Jean découvre une Porsche sur sa palude, Michel endormi,  ivre mort , qui a uriné sur une pyramide de sel ! L'affrontement entre les 2 hommes est inévitable. Un rapprochement est-il possible entre ces 2 hommes aussi dissemblables ? Toutefois, comme ils partagent le goût des alcools forts,  Michel  se retrouve l'employé de Jean pour une période définie. Si l'amitié est un pacte de sel, la partie n,'est pourtant pas gagnée entre  les 2 hommes qui cependant éprouvent un intérêt réciproque.
Dans ce roman outre les réflexions sur le statut social, le sens donné à la vie, nous plongeons au fond de l'âme humaine. 
Pour le côté loufoque, nous croisons Henri, ami parisien de Jean, droit sorti du 18e siècle, portant redingote élimée, parlant un vocabulaire châtié et adorant les duels.
N'en déplaise aux esprits chagrins, ce roman est une réussite, et Dorimène vous le recommande très fortement.

jeudi 26 avril 2018

La serpe de Philippe JAENADA

Une fois encore, Dorimène a lu avec grand intérêt l'ouvrage de cet auteur.
Avec sa minutie habituelle, celui-ci décortique avec application et forces détails parfois hilarants, divers jeux de mots,  ainsi que moults paranthèses, le mystère nébuleux de ce triple meurtre.
Il s'agit de la vie de Henri Girard, alias Georges Arnaud,  auteur du "Salaire de la peur", livre qui inspira Clouzot.
Henri Girard fut élevé par son père et sa tante, et fut un enfant difficile, capricieux, instable, gaspilleur, insolent et même crapule. Dans sa jeunesse, son seul souci fut de ne rien faire et de dépouiller son père et sa tante.
Pendant la seconde guerre mondiale, survint le drame : alors que la famille se trouvait réunie dans le château familial d'Escoire en Dordogne, le père, la tante ainsi que la bonne furent sauvagement assassinés à coup de serpe . Henri dormant à l'étage prétendit avec négligence, n'avoir rien entendu. Pourtant, tout l'accusait : son passé houleux, et son futur héritage. L'entourage entier demeurait persuadé de sa culpabilité. Toutefois, après un procès retentissant, il fut acquitté ! Stupeur, et chacun criant à l'erreur judiciaire. A l'issue de celui-ci, Henri partit en Amérique où il perdit l'argent de son héritage, il rentra alors en France,  et  il devint l'écrivain Georges Arnaud. Il termina sa vie en militant pour l'indépendance de l'Algérie et la défense des plus vulnérables.
 Personnage ambigu, stupéfiant, nous ne sommes pas surpris qu'il ait attiré cet auteur,  qui refit une enquête rigoureuse, mêlant des détails de sa vie personnelle, comme à l'accoutumé, nous donnant  même une leçon d'histoire avec l'historique du château d'Escoire construit en 1530 par la famille de Ranconnet de Noyan.
Les 640 pages se tournent avec impatience et grand plaisir;


A lire ou relire :
- La petite femelle