mardi 4 décembre 2018

Ana non de GOMEZ ARCOS Augustin

Ana Paücha était une femme du soleil, de la joie, du bonheur, de la mer qu'elle aimait à travers son mari pêcheur. Elle méritait d'être heureuse, avec 3 beaux garçons,  mais accablée par le destin, elle  devint Anita, puis Ana non car la guerre civile dévastait l'Espagne, et engloutissait son mari et ses 2 fils aînés. Elle vit seule à présent, encore plus petite, courbée,  puisque son 3e fils, le petit, est en prison depuis 30 ans pour communisme. Elle décide toutefois, d'entreprendre un long voyage,  à pied à travers l'Espagne, alors qu'elle a atteint ses 75 ans, afin de revoir une dernière fois son fils chéri, le petit. Avec joie et énergie, elle lui fabrique un  gâteau, pain aux amandes, huilé, anisé, très sucré, pétri avec l' amour d'une mère, afin que cette douceur rende moins rude la captivité du petit. Elle ferme donc la porte de sa maison du bord de  mer, ceci pour la dernière fois, elle le sait, et nous la suivons dans son voyage aux nombreuses péripéties, avec ses rencontres,  l'amitié d'un vieux chien, ses rêves, ses doutes.
Avec un immense talent, l'auteur nous entraîne dans ce trajet rempli de poésie, où le récit  tranché brutalement dans le vif, ne fait qu'accroître notre tendresse pour cette magnifique femme.
Excellent livre, que Dorimène a quitté avec regret.

mercredi 7 novembre 2018

De la croix au croissant de Nicole VOILHES

C'est avec un immense plaisir que nous retrouvons cette historienne que nous sommes nombreux à aimer ! Elle nous fait découvrir dans ce roman, une nouvelle héroïne inconnue pour nous, une blonde aux yeux bleus que nous espérions.
Anne de Loudérac est orpheline. Elle vit  dans le palais royal de Jérusalem où elle brode avec ennui, le long de la journée, pour la reine Sibylle. Toutefois, en 1187, elle doit fuir ainsi que ses compagnes, car la ville est menacée par les musulmans qui souhaitent reconquérir Jérusalem. Lors de cette fuite, Anne seule désormais depuis la mort de sa nourrice, se remplit les yeux des murailles, des portes aux couleurs diaprées, de la campagne environnante,  persuadée qu'elle ne reviendra pas. Un jeune mèdecin musulman au nom de Jafar,  au service de Saladin, lui apporte  alors son aide. Une tendre complicité naîtra entre eux, se transformera bien vite en amour. Mais quel avenir envisager entre une chrétienne et un musulman ?  Pourtant ils se marieront, auront 2 enfants, et grâce au caractère déterminé et à sa souplesse d'adaptation, Anne parviendra après de nombreux efforts à mener une vie de famille presque normale. Mais le bonheur est de courte durée, car c'est sans compter sur les problèmes  religieux, politiques, et sur la fureur des fous de Dieu. La différence entre le 12e et 21e siècle est vraiment ténue.
Avec sa belle écriture,  ses innombrables recherches sur cette période de croisade, l'auteure nous trace un très beau portrait de femme qui choisit son destin envers et contre tous.


dimanche 28 octobre 2018

La dernière des Stanfield de Marc LEVY

ll y a fort longtemps que je n'avais lu un roman de cet écrivain, et bien je fus fort satisfaite du résultat car embusquée dans une histoire palpitante.
Eléanor -Rigby vit à Londres où elle est journaliste. Issue d'une famille fantaisiste, elle fait le deuil de sa mère décédée au printemps. Or, voici que quelques mois seulement après cette pénible séparation, une lettre anonyme l'informe que sa mère a commis un crime il y a 35 ans. 
Georges Harrison est ébéniste, il vit au Québec, ne connait pas son père biologique, il reçoit lui aussi,  une lettre à l'identique de celle adressée à Eléanor. Pourtant, ils s'ignorent totalement !
Le corbeau fixe un  rendez-vous aux 2 héros, sur le port de Baltimore. Bien évidemment, l'un et l'autre s'y rendront et  l'histoire commence.........
L'auteur nous promène sur 3 générations afin d'élucider ce mystère, et nous le suivons avec un grand plaisir car le côté drôle apporté à ce drame familial est aussi émouvant.
Dommage que les pages se tournent aussi vite.

lundi 15 octobre 2018

Une colonne de feu de Ken FOLLETT

Après "Les piliers de la terre", récit historique qui a captivé des millions de lecteurs dans le monde entier, l'auteur prouve une nouvelle fois qu'il excelle dans le roman historique.
Celui-ci nous ramène au 16e siècle, période riche en de nombreux évènements d'une violence extrême,
puisqu'elle comporte les guerres de religion.
Le héros, Ned Willard, raconte sa vie, entre les années 1558 et 1620. Il réside à Kingsbridge en Angleterre, ville chère à l'auteur. La tension est alors extrême entre la France et l'Angleterre, pendant cette période  particulièrement troublée, entre les protestants radicaux et les catholiques ultras,  mais qui demeure riche en de nombreux rebondissements. 
Le thème principal abordé est bien sur la guerre,  l'auteur décortique les causes et les conséquences  qui l'on amenée, le récit déborde sur  des détails de la vie des divers personnages,  : La rivalité entre Marie Stuart et Elisabeth Tudor, Catherine de Médicis  et  ses enfants, les Guise, puis les voyages Maritimes, l'esclavage, l'espionnage,  le commerce avec l'Espagne , les Pays Bas, la Suisse, le rôle des femmes dans cette époque troublée qui aboutit à la St Barthélémy. Bien sur, l'amour y occupe également une place importante. 
Malgré les 920 pages, la lecture en est aisée, les personnages historiques sont adroitement mêlés aux fictifs, un rappel  de ceux-ci, en début du livre, nous permet de palier à des oublis éventuels, ceci pour chaque pays.
Très très bon livre à ne pas manquer.

jeudi 27 septembre 2018

Une femme que j'aimais d'Armel JOB

Cet auteur belge m'était inconnu et je fus agréablement surprise par le bon moment passé lors de cette lecture qui est de fort bonne qualité. Ce roman participe au prix Exbrayat. Verdict sur octobre prochain.
Claude trentenaire issu d'un milieu ouvrier est un modeste employé dans une pharmacie. Sans histoire, solitaire et naïf il représente le gentil anti Héros. Sa vie quotidienne est monotone et répétitive. Chaque semaine il rend visite à sa tante Adrienne fort belle femme distinguée, gracieuse, pour laquelle il éprouve une grande admiration. Toutefois, lors de sa dernière visite, il la découvre morte, étendue au sol, alors qu'elle devait ce jour là lui révéler un secret sur sa vie antérieure. Dés sa stupeur passée, l'esprit de Claude gamberge. Est ce bien une mort naturelle ? Qui dans son entourage, dans sa famille, pouvait avoir intérêt à faire disparaître la belle bouchère dont la vie semblait si bien rangée ? Quel était donc ce fameux secret dont jamais personne n'a fait allusion ? L'imagination de Claude galope à toute allure, il échafaude hypothèse sur hypothèse, ses diverses enquêtes l'entraînent dans un tourbillon incontrôlable et inattendu, la vérité sera révélée après bien des turpitudes.
Écriture très plaisante avec beaucoup d'humour, qui nous fait découvrir un beau portrait de femme qui est parvenue malgré tout à cacher ses anciennes blessures.

mardi 4 septembre 2018

CONSTANTINOPLE de TOUVEREY Baptiste

Ce jeune auteur s'est attaqué à un roman historique, situé dans un  monde en déclin, l'empire Romain et la Perse, à la fin du règne de Phocas, l'usurpateur, VIIe siècle . Période méconnue, et Dorimène reconnaît n'avoir que peu de souvenirs très vagues de cet empereur, réputé pour sa cruauté : il fit assassiner son prédécesseur ainsi que toute sa famille, afin de monter sur le trône. Faits cependant assez répandus à cette époque.....
Mais Héraclius, ancien général de l'empereur assassiné, complote une révolte afin de chasser le tyran. De nombreux rebondissements se succèdent entre violence, combats divers, vengeances,  et amour dans Constantinople la majestueuse remplie de grandes ambitions.
Nous croisons les Khazars, guerriers de la steppe dont le peuple est encore une énigme,  leur puissance et leur prospérité sont grandes à cette époque,  et ils se mettent à la disposition des uns en trahissant les autres....
Bien sur ce récit est un roman, aussi certains détails sont sans doute , des approximations de l'historique,(les portes de fer de la Perse ?) il n'en reste pas moins que ce roman est dense, agréable à lire et nous suivons avec intérêt les personnages qui se cherchent, se croisent, et se trouvent  parfois, après de tumultueuses aventures.

jeudi 9 août 2018

Le Prince des marées de Pat CONROY

Venant de relire ce livre découvert il y a quelques années déjà, Dorimène tient à vous faire partager son enthousiasme pour celui-ci. En effet, dès sa parution, le succès fut énorme et demeure encore à ce jour une merveilleuse lecture. 
L'auteur décédé en 2016, réalise à travers ce roman, une véritable ode au sud des E. U. Ce que je partage entièrement car j'ai adoré cet état visité dans les années antérieures. 
Tout est fort dans l'histoire de cette famille hors norme, du début à la fin du récit, et les descriptions de paysages sont somptueuses.
Sur une île perdue de Caroline du Sud, vit péniblement une famille de pêcheurs. Le père fantaisiste et violent, la mère fort belle mais pétrit d'ambitions, puis les 3 enfants : 
- Savannah la fragile, poète géniale,
- Son jumeau Tom, entraîneur sportif au chômage, qui manie avec dextérité les jeux de mots,
- Luke l'aîné, décédé dans de troubles circonstances.
Cette fratrie atypique,  malmenée, au destin brisé, est fascinante. Chaque personnalité est différente de celle des 2 autres, cependant un terrible secret enfoui profondément les lie, leur  permettant ainsi de continuer à vivre sans l'affronter.
Donc à lire et relire avec la même émotion.