dimanche 29 juin 2014

Electropolis

Préalablement, je vous ai déjà parlé de cet auteur, que j'apprécie particulièrement tant pour ses écrits que pour sa gentillesse. Voir dans "les lectures de Dorimène", le commentaire sur "Noir Négoce".
L'idée de ce roman est très plaisante, et nous nous trouvons vite happés par cette histoire, dans laquelle un jour ou l'autre nous pourrions en être les acteurs.
Que feriez-vous si un matin en vous levant, vous découvriez qu'il n'y a pas d'électricité ? Oui je sais, cela vous est arrivé quelquefois....Mais par la suite....vous constatez qu'il en est ainsi pour tout le quartier, puis toute la ville, et enfin que la panne se généralise au pays entier, même au-delà  dans les jours qui suivent ? Et les autorités sont impuissantes ! (Si c'est possible).
C'est dans cette situation que nous faisons connaissance avec Sophie, qui vit une rupture sentimentale récente, habite un immeuble ancien, dont elle connait peu ou pas les autres habitants, ceci étant un fait fort courant à notre époque. Peu à peu, les problèmes s'installent = soirées courtes, pas d'éclairage sauf à la bougie, pas de télévision, plus de petits cafés, pas d'eau chaude, plus de réfrigérateur, bref tous les gestes systématiques ne fonctionnent plus. Les jours qui passent ne font qu'augmenter les difficultés, bientôt les denrées alimentaires commencent à manquer, l'essence se fait rare, aussi les habitants de l'immeuble font connaissance par obligation, afin de s'entraider, nous montrant leurs caractères véritables, certains leur courage, d'autres leur couardise. 
Bientôt des débordements s'installent dans la ville, des voyous de banlieues font intrusion : vols, cambriolages, agressions, pillages de toutes sortes, et le notre petit groupe de l'immeuble doit se serrer les coudes, ignorer leurs différences,  afin d'y faire face et de se préserver pour survivre. 
Pour connaître la suite, bien sur je vous recommande vivement cette lecture . Ce livre a obtenu le prix "Exbrayat", ce qui est justice car mérité, et je vous demande de vous joindre à Dorimène afin d'adresser vos félicitations à cet auteur.

Bonne lecture.

2 commentaires:

  1. je n'ai pas pu lâcher le livre très longtemps tant on a envie de connaitre la suite et l'écriture est belle.
    "chaque être humain est une pauvre bête blessée..."
    "la panne d'électricité avait été un signal...avait signé sa résurrection...elle avait suivi de nouveau le chemin de la vie..."
    "il avait peur de mourir...et à présent il était le seul à ne pas savoir qu'il était mort...elle réalisa que ce fut à ce moment précis...qu'elle avait cessé de croire en dieu"
    "ils comprenaient que celui-ci avait été un étrange trait d'union entre eux deux...et qu'il avait disparu au moment même où ils s'étaient enfin unis."
    "elle était envahie par un sentiment euphorique et égoïste qu'elle peinait à identifier. Elle n'attendait plus rien, n'espérait plus rien, elle avait le sentiment magique d'être heureuse."
    Bonne lecture! Vous ne le regretterez pas!
    Chantal

    RépondreSupprimer
  2. Chère Michèle
    Tout d'abord, permettez-moi de vous remercier pour cette critique de mon roman (j'associe Chantal à ces remerciements).
    Ensuite, je voudrais vous féliciter pour ce blog qui est tout à fait remarquable. Vous aidez (par ce moyen moderne) à faire connaître et à diffuser la littérature dans la société. Un travail utile, intelligent, et surtout nécessaire à une époque où on se doit de défendre et de promouvoir la lecture.
    Bien amicalement à vous
    Olivier Merle

    RépondreSupprimer