lundi 27 juillet 2020

L'énigme de la chambre 622 de Joël DICKER

Une agréable surprise en découvrant ce livre à la vitrine de mon libraire, je l'attendais !
Notre charmant auteur, oublie les Etats Unis pour ce roman, il nous entraîne dans son pays : La Suisse,
dans laquelle cohabite les banques ainsi que l'horlogerie ! Et l'énigme commence.
Le palace de Verbier situé dans les Alpes Suisses est un lieu calme et privilégié, or voici qu'une nuit de décembre, ceci il y a plusieurs années en arrière, un crime est commis dans la suite 622. Bien sur, une enquête se déroule, mais demeure sans issue.
Des années plus tard, un jeune écrivain en peine de coeur, y séjourne pour des vacances, et se trouve bien involontairement mêlé à cette  ancienne affaire. Pris dans un engrenage infernal le voici bousculé de rebondissements en rebondissements : 
La semaine où doit être élu le nouveau président de la banque Ebezer, des incertitudes font surface :
l'héritier en titre, Macaire est-il vraiment capable d'assumer cette mission ?  Tandis que Lev Levovitch homme de confiance, fait des tours de passe passe avec les millards, et la femme de Macaire... Mais qui est donc ce mystérieux et agressif Tarnagol ?
Bref, la situation est fort compliquée, donc il convient de lire et relire certains passages afin de bien situer les différents personnages, d'autant plus, que selon son habitude, l'auteur, mêle le passé et le présent. Mais la solution ne se découvre que dans les dernières pages. Ouf !
A noter toutefois, le fort bel hommage rendu à l'éditeur de Fallois ami de l'auteur,  qui est décédé, ainsi qu'un clin d'oeil à son histoire familiale qui est très compliquée.


1 commentaire:

  1. L'intrigue policière à rebondissements, se déroulant sur plus de 30 ans, nous entraîne dès les premières lignes. Le suspense nous tient en haleine quant à l'identité de la victime, le nom du meurtrier et ses motivations. Cette fois Joël Dicker nous emmène dans sa Suisse natale. Le personnage principal s'appelle Joël. Alors fiction ou réalité ? Un très bon roman.

    RépondreSupprimer